Traite de personnes : formation en ligne pour les fournisseurs de services

Le programme Services de soutien aux survivants de sexe masculin qui ont été victimes de violence sexuelle fournit de l'aide aux survivants de sexe masculin qui ont été victime de mauvais traitements sexuels, récents ou anciens. La formation ne leur coûte rien. Elle est donnée en ligne, en anglais et en français. Ce service est destiné aux milieux du droit et de l'application des lois, ainsi qu'aux secteurs du travail, de la délivrance des permis et licences, de l'aide à l'enfance, de la santé, de l'aide sociale, des services sociaux et des services aux victimes.

Le programme de formation est financé par le gouvernement, grâce au Fonds de la justice pour les victimes. Il a été confié à un organisme indépendant, MCIS Services linguistiques (Multilingual Community Interpreter Services), qui l'a élaboré en coopération avec des experts en la matière, des fournisseurs de services, des fonctionnaires, des agents de police et des rescapés de la traite de personnes.

Le programme comprend beaucoup de ressources, d'outils et de conseils qui seront utiles aux professionnels, aux bénévoles et aux étudiants.

Les neuf modules de formation peuvent être suivis l'un après l'autre ou dans l'ordre qui convient aux besoins particuliers de chacun. Voici la matière des neuf modules :

  • un survol de la traite de personnes;
  • la traite de personnes au Canada et en Ontario;
  • la dynamique de la traite de personnes;
  • les indicateurs de la traite de personnes;
  • les besoins des victimes de la traite de personnes;
  • les besoins particuliers des clients autochtones;
  • les besoins particuliers des clients francophones;
  • les pratiques de première intervention;
  • le soutien à moyen terme et à long terme.

On peut accéder au programme de formation aux sites suivants :
http://helpingtraffickedpersons.org/ (en anglais)
http://aiderlesvictimesdelatraitedepersonnes.org/ (en français)

Les opinions et points de vue exprimés au site Web auquel mènent les liens ci-dessus ne correspondant pas nécessairement à ceux du gouvernement de l'Ontario ni à ceux du ministère du Procureur général de l'Ontario.