Cette page n'est plus à jour et elle est disponible à des fins d’archivage et de recherche seulement. alert

Représentation des Premières Nations dans les jurys de l'Ontario

Réponse du gouvernement au rapport de l’honorable Frank Iacobucci, « La représentation des Premières Nations sur la liste des jurés en Ontario »

En août 2011, l’honorable Frank Iacobucci, ancien juge de la Cour suprême, a été chargé d’examiner la loi et les processus pour l’inclusion sur la liste des jurés de membres des Premières Nations vivant dans des réserves. En février 2013, l’honorable Frank Iacobucci a publié son rapport, La représentation des Premières Nations sur la liste des jurés en Ontario.

Le gouvernement a fait des progrès relativement aux recommandations du rapport avec un accent particulier sur ses deux principales recommandations : créer un comité de mise en œuvre des recommandations du rapport et se doter d’un groupe consultatif chargé de conseiller le procureur général sur les grandes préoccupations des communautés autochtones en ce qui concerne le système judiciaire.

Les travaux de ces groupes aideront à bâtir un système judiciaire plus fort et plus inclusif pour les peuples autochtones en Ontario.

Comité de mise en œuvre des recommandations de l’examen concernant la liste des jurés

Le Comité de mise en œuvre des recommandations de l’examen concernant la liste des jurés est chargé de trouver des moyens innovants pour améliorer la représentation des Premières Nations sur la liste des jurés en Ontario. Le comité se penchera également sur la mise en œuvre des recommandations qui figurent dans le rapport de l’honorable Frank Iacobucci.

Rencontrez les membres du comité.


Alvin Fiddler, coprésident

Alvin Fiddler, Co-chairDirigeant des Premières Nations de longue date et infatigable défenseur de la justice pour les Autochtones, tout au long de sa carrière, Alvin Fiddler a été nommé coprésident du Comité de mise en œuvre de l'examen concernant la liste des jurés, en juin 2013.

Ayant grandi dans la Première Nation de Muskrat Dam, M. Fiddler a quitté la maison à l'âge de 13 ans pour fréquenter l'école secondaire à Sioux Lookout et Thunder Bay. M. Fiddler a ensuite décroché un diplôme en administration des affaires de l'université de Lethbridge, en Alberta. Au début des années 1990, M. Fiddler est retourné dans le Nord-Ouest de l'Ontario pour assumer diverses fonctions de leadership au service des peuples des Premières nations. Il a été le premier directeur exécutif du Tommy Beardy Memorial Family Treatment Centre, puis est devenu chef adjoint de la Première Nation de Muskrat Dam. Il a rempli les fonctions de directeur de la santé de Nishnawbe Aski Nation, de 1998 à sa nomination à la fonction de grand chef adjoint, en 2003. M. Fiddler s'est joint à la Commission de vérité et réconciliation du Canada, en 2010, en qualité de chef des relations régionales et des relations régionales avec l'Ontario. Réélu grand chef adjoint en 2012, il est actuellement responsable des portefeuilles des politiques en matière de santé et de la planification, de la condition féminine, de la justice et des services policiers, ainsi que de quelques autres projets spéciaux.

« Je me réjouis de collaborer avec le ministère du Procureur général et avec des représentants des Premières Nations au sein du Comité de mise en œuvre. Nous avons rassemblé un groupe de personnes compétentes, qualifiées, dévouées et de haut calibre. Je sais qu'ensemble nous pourrons nous attaquer aux problèmes en vue de trouver une solution à la crise des Premières Nations dans le système de justice. Les recommandations du juge Iacobucci nous guideront dans notre travail pour assurer que toutes les Premières Nations puissent exercer leur droit à remplir les fonctions de juré. »

Retourner à la liste des membres

Irwin Glasberg, coprésident

Irwin Glasberg, Co-ChairLe coprésident Irwin Glasberg est un avocat et un fonctionnaire de longue date, qui a dirigé plusieurs initiatives destinées à améliorer l'accès à la justice pour les peuples des Premières Nations et les services pour les victimes autochtones d'actes criminels.

En qualité de directeur des politiques au ministère du Procureur général, M. Glasberg supervisait le programme de justice communautaire pour les Autochtones et le programme des commis des tribunaux autochtones.

Plus tard, en tant que sous-procureur général adjoint pour Services aux victimes - Ontario, il a dirigé la mise en place d'un programme de subventions destiné à résoudre le problème de la violence contre les femmes autochtones et a administré des fonds pour les victimes autochtones mal desservies dans des régions éloignées du Nord. Le principal pilier de cette initiative était un projet collaboratif avec le Conseil tribal de Mushkegowuk, visant à élaborer et financer des services communautaires pour les victimes autochtones. M. Glasberg a également été le sous-ministre adjoint assigné à l'Examen des causes de la violence chez les jeunes.

Outre ses fonctions de coprésident, M. Glasberg continuera à assumer ses responsabilités de sous-procureur général adjoint de la Division des politiques et des tribunaux décisionnels du ministère.

« Ce sera un honneur pour moi de travailler avec le coprésident, le grand chef adjoint Fiddler, et les membres du comité à l'élaboration d'approches innovantes et durables pour exécuter les améliorations à notre système de jury que l'honorable Frank Iacobucci a recommandées. La création d'un comité de mise en œuvre conjoint autochtone-gouvernement est une occasion unique de favoriser la collaboration et le dialogue ouvert entre des membres d’horizons différents et d’expériences variées. »

Retourner à la liste des membres

Barney Batise

Barney BatiseBarney Batise, sage respecté de Nishnawbe Aski Nation et ancien chef de la Première Nation de Matachewan, apporte ses vastes connaissances et sa profonde sagesse au Comité de mise en œuvre, ainsi que son engagement à trouver des moyens d'améliorer le système de justice.

Ayant commencé sa carrière au service des Premières Nations en tant que directeur exécutif du North Bay Indian Friendship Centre, en 1974, M. Batise a également rempli les fonctions de président de l'Ontario Federation of Indian Friendship Centres et plus tard, de l'Association nationale des centres d'amitié. En 1988, Barney a été élu chef de la Première Nation de Matachewan, un rôle qu'il a conservé pendant trois mandats consécutifs. À ce titre, Barney a contribué de façon importante au développement des Kunuwanimano Child & Family Services et a joué un rôle de premier plan dans la formation du Wabun Tribal Council.

Après avoir pris sa retraite en 2000, M. Batise a poursuivi ses efforts en vue d'améliorer les conditions des peuples des Premières Nations en élaborant des modèles de gouvernance pour les Premières Nations, en servant de conseiller au service de police Nishnawbe Aski et en aidant Santé Canada et Chiefs of Ontario à élaborer des modèles de système de santé électronique pour répondre aux besoins des Premières Nations.

Retourner à la liste des membres

Rosella Cornaviera

Rosella Cornaviera est la sous-directrice qui dirige le groupe des politiques en matière de droit criminel au Bureau des avocats de la Couronne - Droit criminel du ministère du Procureur général. Le groupe des politiques en matière de droit criminel fournit des conseils de nature juridique, politique et stratégique ainsi que des conseils sur la réforme législative à la procureure générale et au sous-procureur général sur les questions relatives au droit pénal. Ce groupe a le mandat d’élaborer la politique pénale pour tous les aspects du droit criminel en Ontario, ce qui comprend la Justice pour les Autochtones, la santé mentale, les condamnations injustifiées, la violence familiale, la violence sexuelle et la justice pour les jeunes. En tant que sous-directrice, Mme Cornaviera supervise la participation des avocats à plusieurs groupes de travail qui ont pour but d’améliorer l’accès à la justice pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits, notamment le groupe de travail sur la prévention de la violence contre les femmes et les filles autochtones, le comité des directeurs sociaux des affaires autochtones, le Groupe de travail sur les tribunaux mobiles et le Groupe de travail fédéral-provincial-territorial sur la justice pour les Autochtones. Mme Cornaviera supervise également la fourniture de conseils à l’unité de la justice pour les Autochtones du ministère, lequel coordonne l’exécution des programmes de justice pour les Autochtones.

Mme Cornaviera s’est jointe à l’équipe à titre d’avocate de la Couronne lorsqu’elle a été admise au Barreau en 1990; elle a été promue au rang de sous-directrice en 2005. Mme Cornaviera a mené des procès et présenté des appels devant les tribunaux de tous les niveaux en Ontario et devant la Cour suprême du Canada. Elle a également joué un rôle dans la politique pénale tout au long de sa carrière de procureure. Mme Cornaviera a développé une expertise en éducation dans divers domaines du droit criminel, y compris les relations raciales, la violence sexuelle et familiale, la défense des droits et des intérêts, et la prévention des condamnations injustifiées. Mme Cornaviera est membre d’un certain nombre de comités et de groupes qui cherchent à améliorer le système de justice pénale, notamment le Groupe de travail sur la prévention des erreurs judiciaires qui relève du Comité FTP des chefs des poursuites pénales, le Groupe de travail tripartite dont le rôle est d'examiner les questions relatives au Programme des agents de soutien aux Autochtones devant les tribunaux et le Comité ontarien de révision des condamnations criminelles.

« Je suis honorée que l’on m’ait invitée à participer à l’important travail du Comité de mise en œuvre Debwewin. Ce sera un plaisir pour moi de travailler en collaboration avec les membres du comité pour trouver des façons d’améliorer l’accès à la justice pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits en Ontario. »

Retourner à la liste des membres

Sheila Bristo

Sheila BristoDirectrice intérimaire actuelle du soutien à la Division des services aux tribunaux du ministère du Procureur général, Sheila Bristo supervise l'administration du système de sélection des jurés de l'Ontario, dont le Centre provincial de sélection des jurés. Forte d'une riche expérience dans l'administration des tribunaux, Mme Bristo a récemment participé à un groupe conjoint du ministère du Procureur général et de la Cour de justice de l'Ontario, qui avait pour mandat de trouver des moyens d'améliorer la prestation des services de justice et l'accès à la justice pour les communautés accessibles par les airs. Le rapport final du groupe de travail contient des recommandations concrètes qui visent à améliorer l'accessibilité, la sécurité et l'efficacité globale des tribunaux accessibles par les airs dans le Nord de l'Ontario.

Leader accomplie au sein de la fonction publique, Mme Bristo a reçu de nombreux honneurs en reconnaissance de sa contribution à diverses initiatives de justice innovatrices, ainsi que de son dévouement à la fonction publique et à l'amélioration de l'accès à la justice.

« C'est un honneur de faire partie du Comité de mise en œuvre de l'examen concernant la liste des jurés et de travailler avec des personnes aussi estimées, dévouées à la justice et déterminées à faire participer les membres des Premières Nations au système du jury. J'attends avec impatience les conseils judicieux que le comité prodiguera au sous-procureur général et la mise en œuvre des recommandations de l'honorable Frank Iacobucci. »

Retourner à la liste des membres

Margaret Froh

Margaret FrohMargaret Froh est une avocate et une éducatrice Métis, dont le travail se focalise principalement sur la promotion de solides et saines organisations et communautés des Premières Nations, Métis et Inuit, par le biais d'une gouvernance efficace, du droit, de politiques, de conseils et comités et de processus de réconciliation.

Ancienne présidente de l'Association du Barreau autochtone du Canada et ancienne administratrice et présidente d'Aboriginal Legal Services of Toronto, Mme Froh continue de promouvoir l'accès à la justice pour les peuples indigènes du Canada dans le cadre de son travail communautaire. Ayant servi de conseillère juridique de la Première Nation chippewa de Rama pendant huit ans, Mme Froh travaille maintenant avec un vaste éventail de clients comme directrice des politiques stratégiques, du droit et de la conformité pour la Métis Nation of Ontario, comme membre du corps enseignant du programme de leadership et de gestion indigène du Banff Centre, et comme fondatrice et conseillère principale de Turquoise Buffalo Consulting à Barrie, en Ontario. Dans le cadre de ses activités bénévoles auprès de l'Association du Barreau autochtone, Mme Froh dirige des projets et contribue à la coordination d'événements qui rassemblent des professionnels du secteur de la justice, autochtones et non-autochtones, en vue de promouvoir l'accès à la justice pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits au Canada. Elle défend le respect et la reconnaissance des lois autochtones et des traditions juridiques au sein du système de justice canadien.

« Le rapport du juge Iacobucci s'est penché sur le problème du manque de représentation des peuples des Premières Nations sur la liste des jurés de l'Ontario et, comme de nombreux autres rapports avant lui, a relevé une discrimination systémique contre les peuples indigènes au sein du système judiciaire canadien. Il est maintenant temps d'agir. Je suis honorée d'avoir été nommée au comité et je me réjouis de contribuer à la mise en œuvre des recommandations du rapport. La question de l'accès à la justice pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits au Canada devrait préoccuper chaque citoyen, car un système judiciaire qui ferme ses portes à ses citoyens les plus vulnérables est en état d'échec. »

Retourner à la liste des membres

Sara Mainville

Sara Mainville, Ba-ba-aa Mise Migizikwe, est membre de la Première Nation de Couchiching, laquelle se situe sur le territoire anishinabek du Traité no 3. Elle fait partie du Bear Clan (Makwa do-dem) et est avocate depuis son admission au barreau de l'Ontario en 2005. Elle détient un baccalauréat en droit de l'Université Queen’s et une maîtrise en droit de l'Université de Toronto.

Elle a fait des pré sentations dans plusieurs congrès juridiques sur ses recherches sur le Traité no 3, sur le Grand conseil historique anishinabek des chutes Couchiching et sur l'Anishinaabe Inakonigaawin (droit indigène).

Sara vient de terminer un mandat à titre de chef de la Première Nation de Couchiching et occupe maintenant un poste d’avocate salariée principale au sein du cabinet Olthuis Kleer Townshend LLP. Sara Mainville était emballée à l'idée de siéger au Debwewin Committee et sa réunion préférée a été la réunion avec les Aînés au début de l’année. Les efforts visant à améliorer les jurys et le système judiciaire auront des retombées concrètes sur les communautés du Nord-Ouest de l'Ontario avec lesquelles elle travaille.

Retourner à la liste des membres

Amanda Carling

Amanda CarlingAmanda Carling est une avocate métisse dont l’objectif de carrière est d’améliorer le système de justice pénale et d’éliminer la surreprésentation des Autochtones. Mme Carling a grandi et obtenu un grade de premier cycle à Winnipeg, au Manitoba. Elle a également obtenu un diplôme de la Faculté de droit de l’Université de Toronto en juin 2012. Au cours de ses études à l’Université de Toronto, Mme Carling a coprésidé l’association des étudiants en droit autochtones et s’est valu de nombreux prix, y compris le prix du président à titre d’étudiante autochtone exceptionnelle de l’année (2012). Mme Carling a également coordonné le premier programme d’été pour les jeunes autochtones de l’Université de Toronto à l’été 2012. Après avoir terminé son stage d’avocate auprès de l’Association in Defence of the Wrongly Convicted (AIDWYC), en juillet 2013, Mme Carling est devenue la première avocate nationale de l’organisme axée sur l’éducation juridique. Dans le cadre de ses fonctions actuelles au sein de l’AIDWYC, Mme Carling cherche à mobiliser les jeunes marginalisés et à les éduquer sur le système judiciaire et leurs droits au moyen de séances d’éducation publiques, du site Web de l’AIDWYC et des médias sociaux.

Mme Carling siège au conseil d’administration d’Aboriginal Legal Services of Toronto depuis 2010 et en est présentement la présidente. Avant d’entreprendre ses études en droit, Mme Carling a enseigné l’anglais à des élèves de niveau intermédiaire et du secondaire à Tosu, au Japon.

« C’est un privilège pour moi de participer à ce travail important. En grandissant à Winnipeg, j’ai été témoin de préjugés et, souvent, de racisme flagrant dans le système judiciaire et, plus généralement, dans la collectivité. Les Autochtones de l’Ontario, particulièrement ceux du Nord de l’Ontario, font face aux mêmes enjeux et obstacles que nos collectivités du Manitoba. Je suis devenue avocate avec l’objectif de tendre vers les changements de haut niveau que le juge Iacobucci envisageait, selon moi, lorsqu’il a formulé ses recommandations dans son rapport sur la représentation des Premières Nations sur la liste des jurés en Ontario. J’ai bien hâte d’aider à changer les choses. »

Retourner à la liste des membres

Jenny Restoule-Mallozzi

Jenny Restoule-MallozziMembre de la Première Nation de Dokis, Jenny Restoule-Mallozzi vient du Muskrat Clan. Son nom autochtone est Jiin Keens Kwe (petite femme des racines).

En qualité de conseillère juridique de l'Union of Ontario Indians, Mme Restoule-Mallozzi fournit de l'assistance juridique à la nation Anishinabek sur diverses questions, comme le règlement des différends, les droits des Autochtones et les droits issus des traités, et les revendications territoriales. Elle a animé divers ateliers et retraites, et coordonné le projet de commémoration des pensionnats indiens pour les survivants Anishinabek et leurs familles. À ce titre, Mme Restoule-Mallozzi a également dirigé la conception d'un système de règlement des différends pour la nation Anishinabek, dans le cadre de ses négociations de gouvernement autonome, qui a été récemment mis en valeur dans la Trousse pour l’élaboration de processus communautaires de règlement des différends dans les communautés des Premières Nations de la Commission canadienne des droits de la personne. Jenny a également été chargée de faciliter les forums d'information sur le système de jury de l'Ontario, qui ont été organisés avec des représentants de la nation Anishinabek et du ministère du Procureur général, en 2009 et 2010, et d'en rendre compte.

Membre active du Barreau du Haut-Canada et de l'Association du Barreau canadien, Mme Restoule-Mallozzi détient un baccalauréat ès arts de l'Université McMaster et un baccalauréat en droit de l'Université de Colombie-Britannique.

« En tant que membre de la nation Anishinabek et professionnelle juridique, je suis sûre que le travail du Comité de mise en œuvre sera fondamental pour changer les relations entre les peuples autochtones et le système de justice de l'Ontario, car il a pour mandat d'analyser le problème et de produire des solutions. Les problèmes ont été documentés en détail dans le rapport La représentation des Premières Nations sur la liste des jurés en Ontario, comme d'autres avant lui; il est maintenant temps de collaborer pour mettre en place les changements nécessaires à l'établissement de solutions justes, positives et de longue durée en vue d'une justice pour tous. Cette responsabilité est la bienvenue et je suis honorée de siéger au comité. »

Retourner à la liste des membres

L'honorable Erwin Stach

L'honorable Erwin StachL'honorable Erwin Stach a pris sa retraite de la Cour supérieure de justice de l'Ontario, en 2013. Vers la fin de cette année, il a été renommé juge suppléant à la Cour suprême du Yukon. Le juge Stach a passé la plus grande partie de ses 42 ans de carrière juridique dans le Nord-Ouest de l'Ontario, d'abord comme avocat privé, puis comme juge, présidant des tribunaux dans la ville de Kenora et à divers endroits de l’Ontario. Il s’est rendu dans de nombreuses communautés des Premières Nations.

Pendant sa carrière, le juge Stach a acquis une bonne connaissance des nombreux facteurs qui, selon lui, constituent des obstacles à l'accès à la justice pour les peuples des Premières Nations, comme des difficultés logistiques et de déplacement, ainsi que des pratiques et croyances culturelles. Par ailleurs, après avoir passé plus de vingt ans à présider des procès avec jury, le juge Stach ressent un profond respect pour l'importance formidable du système de jury. Il est convaincu que ce système bénéficierait énormément d'un plus important apport de connaissances pratiques et perspectives de résidents des Premières Nations.

« Des modifications profondes à la Loi sur les jurys en Ontario sont attendues depuis longtemps. La participation à ce comité est l'occasion de recommander des changements positifs, importants et mineurs, qui amélioreront les jurys pour les générations à venir. Certaines propositions du rapport Iacobucci peuvent être rapidement mises en œuvre. D'autres nécessiteront un dialogue profond avec des dirigeants des Premières Nations et d’autres intervenants clés, ou une analyse plus détaillée.

Globalement, c'est un projet enthousiasmant, qui apportera des améliorations durables à l'un des aspects les plus importants de notre système judiciaire. Comment refuser une telle opportunité ? »

Retourner à la liste des membres

Groupe consultatif de la justice pour les Autochtones

Le Groupe consultatif de la justice pour les Autochtones fournira des conseils à la procureure générale sur les préoccupations des communautés autochtones en ce qui concerne le système judiciaire. Ce groupe permettra au procureur général de collaborer avec les dirigeants et les communautés autochtones sur la mise en place de mesures pour améliorer l’incidence du système judiciaire de l’Ontario sur les peuples autochtones.

Rencontrez les membres du groupe :


Ogichidaa Warren White

Depuis 2012, le coprésident Warren White est grand chef « Ogichidaa » de la Nation anishinaabée du Traité no 3. Auparavant, M. White était chef de la Première Nation de Naotkamegwanning, un poste qu’il a occupé pendant plus de six ans après avoir effectué deux mandats comme à titre de conseiller. M. White est issu du clan Pii’zhew (Lynx) et est reconnu comme un ardent défenseur du Traité no 3 pendant les rencontres régionales et nationales des chefs de l’Ontario.

Tout au long de son mandat en tant qu’élu, M. White a travaillé à la mise en œuvre de l’Anishinaabe Inakonigaawin (loi et gouvernance) fondée sur les relations par traités avec les gouvernements. Warren a occupé divers postes de direction au sein de plusieurs organismes, notamment le Bimose Board of Governors, le Kenora Chiefs Advisory, la Treaty #3 Police Board et les Anishinaabe Abinoojii Family Services, et il a été membre d’un conseil scolaire pour sa collectivité. Plus récemment, avant d’être élu grand chef, le chef White a rempli les fonctions de président du Social Sustainability Chiefs’ Committee for Grand Council Treaty #3, a été un membre actif du Conseil exécutif et a représenté le Traité no 3 et les chefs de la région de Kenora auprès de plusieurs tables et comités régionaux.

M. White a grandi dans la Première Nation de Noatkamegwanning.

Retourner à la liste des membres

Murray Segal

Murray SegalAprès une brillante carrière au sein du gouvernement de l’Ontario, le coprésident Murray Segal exerce maintenant le droit en tant qu’avocat, consultant et médiateur juridique indépendant.

Au cours de sa carrière au gouvernement, M. Segal a occupé un certain nombre de postes de direction; il a notamment occupé le poste de sous-ministre des Affaires autochtones et a été sous-procureur général pendant huit ans. À ce titre, M. Segal jouait le rôle de conseiller juridique principal du gouvernement et de conseiller de confiance du Cabinet, du procureur général, et des autres ministres et sous-ministres. M. Segal a supervisé l’ensemble des litiges du gouvernement et a aidé à orienter la modernisation de l’architecture de la justice en Ontario avec un accent sur l’actualisation de l’infrastructure technologique. M. Segal a également dirigé la transformation d’un certain nombre de segments du système judiciaire, notamment ceux des droits de la personne, des tribunaux de droit administratif, de surveillance de la police, du droit civil et de la justice pénale. En plus du portefeuille de la justice, M. Segal est devenu un négociateur et un résolveur de problèmes reconnu pour certains des défis des plus complexes, délicats et difficiles auxquels le gouvernement fait face.

Avant de remplir les fonctions de sous-procureur général, M. Segal a été procureur en chef de la province de l’Ontario et a dirigé le plus important service de poursuites au Canada.

Retourner à la liste des membres

Gilbert Smith

Le sage Gilbert SmithLe sage Gilbert Smith est né dans la Première Nation Naicatchewenin près de Fort Frances, en Ontario, et a vécu dans cette communauté toute sa vie. Il a été conseiller en toxicomanie pour les Premières Nations avant de prendre sa retraite en 2012.

En sa qualité de sage, M. Smith fait la promotion de la culture traditionnelle en partageant sa sagesse et ses expériences personnelles, et il offre des conseils traditionnels ainsi que du counseling aux communautés des Premières Nations du Canada et des États-Unis. Il célèbre de nombreuses cérémonies traditionnelles, y compris des cérémonies de la suerie, des cérémonies d’attribution de nom, des cérémonies de tambour et de festin, des jeûnes et des funérailles. M. Smith est également un chanteur et un annonceur de pow-wow, et il participe à une variété d’autres activités culturelles traditionnelles. Gilbert parle couramment la langue Anishinaabemowin.

Retourner à la liste des membres

Conrad DeLaronde

Conrad DeLarondeConrad Delaronde occupe présentement le poste d’inspecteur des opérations au sein du service de police Dakota Ojibway. M. DeLaronde a fait son entrée dans le service en novembre 2013, après 23 ans dans la Gendarmerie royale du Canada, où il a pris sa retraite du poste de chef de district de Manitoba Est. M. DeLaronde a également rempli les fonctions de chef de police du Treaty Three Police Service, à Kenora, en Ontario, pendant cinq ans. M. DeLaronde est de descendance Cri et Saulteaux, et il est membre de la Première Nation Skownan. Il est né et a grandi à The Pas, au Manitoba.

Retourner à la liste des membres


Patricia Faries

Patricia FariesPatricia Faries est née et a grandi à Moose Factory, en Ontario.

Elle est diplômée de la Osgoode Hall Law School et a été admise au Barreau en 1998. Mme Faries a mis sur pied la première pratique juridique de Moose Factory où elle a servi des clients jusqu’à son élection en 2005 en tant que chef de la Première Nation crie de la Moose. Après avoir rempli les fonctions de chef pendant trois ans, Mme Faries est retournée à sa pratique privée, laquelle est axée sur la protection de l’enfance, le droit pénal et le droit de la famille dans la région du Nord-Est de l’Ontario.

Retourner à la liste des membres


Margaret Froh

Margaret FrohMargaret Froh est une enseignante et avocate métisse dont le travail vise principalement à promouvoir le développement de communautés et d’organismes sains et solides parmi les Métis, les Premières Nations et les Inuits au moyen d’une gouvernance, de lois, de politiques, de conseils, de comités et de processus de réconciliation efficaces. Mme Froh occupe le poste de directrice des politiques stratégiques, des lois et de la conformité pour l’organisme Métis Nation of Ontario et est membre active du comité Debwewin des Premières Nations chargé de la mise en œuvre de l’examen concernant la liste des jurés. Ancienne présidente de l’Association du barreau autochtone du Canada et présidente des Aboriginal Legal Services of Toronto, elle a travaillé pendant plus de huit ans comme avocate-conseil à l’interne pour la Première Nation des Chippewas de Rama, avant de se joindre à l’équipe de gestion de Métis Nation of Ontario. Mme Froh est enseignante dans le cadre du programme de leadership et de gestion autochtones du Banff Centre et fondatrice du cabinet Turquoise Buffalo Consulting, qui a son siège social à Barrie, en Ontario.

Retourner à la liste des membres

Peshaanakwut Jeff Kinew

Peshaanakwut Jeff KinewPeshaanakwut Jeff Kinew, membre du clan Golden Eagle, demeure actuellement à Winnipeg, au Manitoba. M. Kinew est actif au sein de la nation Anishinaabe visée par le Traité no 3; il y sert à titre de membre du conseil exécutif de la jeunesse. Il siège également à l’Ontario First Nation’s Young Peoples Council et au conseil des aînés de la Société de gestion des déchets nucléaires.

Aujourd’hui, M. Kinew étudie le droit à l’Université du Manitoba.

Retourner à la liste des membres


Robert G.W. Lapper

Robert G.W. LapperRobert G.W. Lapper, c.r., est le directeur général du Barreau du Haut-Canada depuis 2012.

Auparavant, Me Lapper a occupé plusieurs postes de direction au sein du gouvernement de la Colombie-Britannique, dont ceux de sous-ministre du Travail, de sous-secrétaire du Cabinet, de sous-ministre adjoint au Secrétariat des opérations du Cabinet et au Secrétariat des relations intergouvernementales, au Bureau du premier ministre, et de sous-procureur général adjoint à la Direction des services juridiques.

Me Lapper a commencé sa carrière au gouvernement comme avocat au ministère du Procureur général en 1994 pour travailler sur des questions de droit autochtone. Ses tâches l’ont amené à agir comme conseiller dans les négociations du Traité avec les Nisga’a, le premier traité « moderne » de Colombie-Britannique. En 1998, il a été nommé à la tête du groupe de pratique en droit autochtone au sein de la Direction des services juridiques.

Avant de travailler au gouvernement, Me Lapper a exercé au privé pendant 10 ans.

Retourner à la liste des membres


Kelly LaRocca

Kelly LaRoccaKelly LaRocca est chef de la Première Nation mississauga de l’île Scugog, située à Port Perry, en Ontario.

Mme LaRocca détient un baccalauréat avec spécialisation en philosophie de l’Université Western Ontario ainsi qu’un diplôme en droit de l’Université de Windsor. Après avoir été admise au Barreau en 2001 et avoir exercé dans le domaine des poursuites civiles pendant un certain nombre d’années, Mme LaRocca a suivi des cours en droit des Autochtones à la faculté de droit de l’Université Victoria.

Mme LaRocca a été élue chef de sa Première Nation en 2013, après avoir été conseillère élue depuis 2008.

Retourner à la liste des membres

Sylvia Maracle

Sylvia MaracleSylvia Maracle, Mohawk du territoire mohawk de Tyendinaga et membre du clan du loup, est directrice générale de l’Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres; elle occupe ce poste depuis 35 ans. Mme Maracle a également été vice-présidente de l’Association nationale des centres d'amitié, présidente du Native Women’s Resource Centre et présidente des Native Child & Family Services of Toronto.

Mme Maracle est présidente des Ontario Aboriginal Housing Services et fait partie de l’équipe nationale de facilitation de la table ronde sur les Autochtones pour le gouvernement fédéral et les organisations autochtones nationales. Mme Maracle a présidé bon nombre d’initiatives et d’organisations, comme le comité national et le comité de la région de l’Ontario du Programme d'aide préscolaire aux Autochtones, la Stratégie de ressourcement pour le mieux-être des Autochtones du gouvernement de l’Ontario et le groupe de travail sur l’accès et l’équité de la Ville de Toronto. Depuis 2010, Mme Maracle copréside le Groupe de travail mixte sur la prévention de la violence contre les femmes autochtones, une initiative de la Direction générale de la condition féminine de l'Ontario.

Retourner à la liste des membres

David McKillop

David McKillopDavid McKillop est vice-président, Politiques, recherche stratégique et relations externes, d’Aide juridique Ontario (AJO). Il s’est joint à AJO en 2004 et a été responsable de diverses fonctions, notamment de l’élaboration des politiques, de l’assurance de la qualité, des communications, des services en français, de l’éducation juridique communautaire et des relations externes.

Me McKillop dirige également la Stratégie de justice applicable aux Autochtones d’AJO, qui vise à obtenir des améliorations mesurables dans les services d’aide juridique offerts aux Autochtones en Ontario, qu’ils vivent ou non dans des réserves, qu’ils aient ou non le statut d’Indiens inscrits et qu’ils vivent en milieu rural ou en milieu urbain.

Avocat depuis 25 ans, Me McKillop a aussi été chef des relations avec les employés à Extendicare (l’un des plus grands exploitants de maisons de soins infirmiers en Amérique du Nord) de 2003 à 2004 et chef de la réglementation professionnelle au Barreau du Haut-Canada de 1987 à 2002.

Retourner à la liste des membres

Morris Zbar

Morris ZbarMorris Zbar a œuvré dans le domaine des services correctionnels pendant la majeure partie des cinq dernières décennies. D’abord agent des services correctionnels au ministère des Services correctionnels, M. Zbar a occupé divers postes subalternes ainsi que divers postes de gestion et de cadre au cours de sa carrière. Quand il a pris sa retraite, il était sous-ministre des Services correctionnels de l’Ontario.

Après qu’il a pris sa retraite de la fonction publique de l’Ontario, M. Zbar a été un conseiller spécial du commissaire du Service correctionnel du Canada; il a notamment travaillé sur un important programme de transformation et sur des programmes d’emploi dans la collectivité pour les contrevenants.

M. Zbar est un bénévole actif et a occupé divers rôles de leadership dans des organismes comme l’Ontario Corrections and Criminology Association, le conseil de la bibliothèque de North York, Operation Springboard, le Collège Centennial et la Fondation du patrimoine ontarien. Il a aussi siégé à de nombreux conseils d’administration du secteur à but non lucratif.

M. Zbar a récemment été nommé président-directeur général de l’organisation United Jewish Appeal of Greater Toronto, à laquelle il est associé depuis plus de 20 ans.

Retourner à la liste des membres