Foire aux questions

  1. Pourquoi le ministère a-t-il élaboré un modèle d'agrément et comment fonctionne-t-il?
  2. Comment un interprète conditionnellement agréé peut-il devenir agréé?
  3. Quel genre de formation est dispensée aux interprètes?
  4. En quoi les épreuves sont-elles différentes des épreuves précédentes?
  5. Comment les épreuves ont-elles été préparées?
  6. Quelle forme prennent les épreuves?
  7. Comment les épreuves sont-elles notées?
  8. Comment les 24 langues de l'épreuve bilingue ont-elles été choisies?
  9. Quelles sont les 24 langues?
  10. Qui supervise les épreuves?
  11. Où les épreuves ont-elles lieu?
  12. Quelle aide le ministère offre-t-il aux interprètes avant les épreuves?

Résultats des épreuves

  1. Que se passe-t-il si un interprète ne réussit pas à l'épreuve?
  2. Un interprète peut-il faire appel de sa notation?
  3. En quoi consiste le processus d'appel?

  1. Pourquoi le ministère a-t-il élaboré un modèle d'agrément et comment fonctionne-t-il?

    L'interprétation judiciaire est une profession hautement qualifiée. Des modèles d'agrément en interprétation sont utilisés dans d'autres territoires de compétence pour reconnaître l'éventail des compétences des interprètes et affecter les interprètes aux affaires qui conviennent à leurs qualifications. L'Ontario est le premier au Canada à mettre en œuvre ce genre de modèle de classe mondiale.

    Notre modèle propose deux niveaux d'agrément :

    • Agréé – les interprètes doivent atteindre une notation de 70 % dans chaque section de l'épreuve;
    • Conditionnellement agréé - les interprètes de cette catégorie n'ont pas atteint une notation globale de 70 % dans chaque section de l'épreuve, mais ils ont obtenu plus de 50 % dans chaque section.

    Les interprètes agréés sont généralement affectés aux affaires complexes.

  2. Retour au haut de la page
  3. Comment un interprète conditionnellement agréé peut-il devenir agréé?

    En plus de la préparation individuelle aux épreuves, les interprètes conditionnellement agréés sont encouragés à suivre un cours de préparation gratuit. Ce cours se fonde sur le matériel de préparation affiché en ligne et fournit des renseignements utiles sur l'utilisation des ressources offertes en ligne. Les cours prévoient un module pratique pour compléter la préparation aux épreuves.

  4. Retour au haut de la page
  5. Quel genre de formation est dispensé aux interprètes?

    Le ministère offre un programme de formation de deux jours à tous les interprètes indépendants agréés et conditionnellement agréés. Les interprètes conditionnellement agréés doivent également suivre un plan de perfectionnement. Les interprètes conditionnellement agréés peuvent devoir fournir la preuve de la formation suivie avant de pouvoir se représenter aux épreuves. Une liste de ressources en vue de la formation est envoyée aux interprètes conditionnellement agréés avec la lettre qui les informe de leurs résultats.

    Le ministère offre également un cours de préparation aux épreuves gratuit. Ce cours se fonde sur le matériel de préparation affiché en ligne et fournit des renseignements utiles sur l'utilisation des ressources offertes en ligne. Les cours prévoient un module pratique pour compléter la préparation individuelle aux épreuves.

  6. Retour au haut de la page
  7. En quoi les épreuves actuelles sont-elles différentes des épreuves précédentes?

    L'épreuve précédente était une épreuve d'interprétation linguistique standardisée. Les épreuves actuelles sont spécialement adaptées aux tribunaux et se fondent sur des documents judiciaires réels et des transcriptions de procès qui proviennent d'instances judiciaires de l'Ontario. L'objectif est de s'assurer que les épreuves reflètent d'une façon réaliste les situations dans lesquelles l'interprétation judiciaire est pratiquée.

  8. Retour au haut de la page
  9. Comment les épreuves ont-elles été préparées?

    Des épreuves d’interprétation judiciaire ont été élaborées dans les 24 langues les plus demandées du ministère (qui représentent environ 85 % de toutes les interprétations fournies en Ontario). Les passages contenus dans les épreuves ont été tirés de transcriptions réelles et représentent ce que les interprètes peuvent s’attendre à entendre dans une véritable salle d’audience.

    L'épreuve d'interprétation judiciaire en anglais est unique en son genre. Les épreuves en anglais utilisées dans d'autres juridictions judiciaires se limitent à une évaluation linguistique de l'anglais, ce qui ne comprend pas une évaluation de l'aptitude à l'interprétation - un composant essentiel des épreuves qui ont été préparées. L'épreuve en anglais permet de constater les points forts de l'interprète mais également les domaines à améliorer.

    L'épreuve d'interprétation judiciaire pour les tribunaux des Premières nations se fonde sur l'épreuve en anglais et a été adaptée pour répondre aux besoins de la salle d'audience des Premières nations. Comme pour l'épreuve en anglais, elle évalue les compétences linguistiques en anglais et l'aptitude à l'interprétation. Les passages de l'épreuve ont été choisis de transcriptions judiciaires et d'autres documents provenant des salles d'audience des Premières nations.

  10. Retour au haut de la page
  11. Quelle forme prennent les épreuves?

    Il y a trois épreuves d'interprétation judiciaire : une épreuve bilingue qui utilise l'anglais, et une autre langue, une épreuve en anglais et une épreuve d'interprétation judiciaire pour les tribunaux des Premières nations.

    L'épreuve bilingue comprend les tâches suivantes :

    • Traduction à vue de l'anglais d'un texte écrit de l'anglais vers la langue de l'interprète et de cette langue vers l'anglais;
    • Interprétation consécutive, avec les questions de l'avocat interprétées vers l'autre langue et les réponses du témoin interprétées vers l'anglais;
    • Interprétation simultanée d'un dialogue et d'un monologue de l'anglais vers l'autre langue de l'interprète.

    L'épreuve en anglais comprend les tâches suivantes :

    • Un rappel oral d'un bref passage en anglais;
    • Un dialogue consécutif avec des pauses pour que l'interprète puisse répéter les paroles en anglais;
    • La technique de l'écho - écoute d'un passage continu en anglais et répétition du texte en anglais pendant que le locuteur continue de parler;
    • Une traduction à vue et une interprétation consécutive, où le candidat effectue une traduction à vue d'un texte anglais écrit vers sa propre langue, puis une interprétation de cette traduction à vue vers l'anglais.

    L'épreuve d'interprétation judiciaire pour les tribunaux des Premières nations comprend les tâches suivantes :

    • Un rappel oral d'un passage en anglais;
    • Un dialogue consécutif avec des pauses pour que l'interprète puisse répéter les paroles en anglais;
    • Interprétation consécutive d'un texte qui peut être lu et entendu en anglais et qui est traduit dans la langue des Premières nations. Le texte est divisé en plusieurs sections qui sont plus tard interprétées de nouveau vers l'anglais.
  12. Retour au haut de la page
  13. Comment les épreuves sont-elles notées?

    Les épreuves d'interprétation judiciaire sont notées de deux façons et évaluent les nombreuses compétences nécessaires pour cette profession.

    Notation globale :

    • Compréhension et communication du sens;
    • Grammaire et structure;
    • Maîtrise du vocabulaire général et terminologie juridique de base;
    • Reconnaissance et reproduction du registre vocal, c'est-à-dire expression formelle et informelle, neutralité;
    • Flot de paroles;
    • Capacité de parler clairement et distinctement;
    • Utilisation correcte des accents et intonations.

    Notation détaillée :

    • Grammaire et structure;
    • Vocabulaire général, termes spécialisés, registre vocal;
    • Chiffres, noms, mots ou phrases qui ajoutent de la précision ou mettent l'accent;
    • Termes et phrases qui vont probablement être omis en raison de leur position dans le texte.

    La note globale reflète les compétences combinées dans la langue d'arrivée et les aptitudes nécessaires pour l'interprétation, plutôt que le nombre de mots qui sont exactement traduits. Les épreuves en anglais donnent une idée de l'aptitude de l'interprète et de sa maîtrise de l'anglais.

  14. Retour au haut de la page
  15. Comment les 24 langues de l'épreuve bilingue ont-elles été choisies?

    Même si le ministère fournit des services d'interprétation judiciaire en plus de 80 langues, les 24 nouvelles épreuves linguistiques correspondent aux langues sont les plus parlées en Ontario et qui représentent environ les 85 % des services d'interprétation fournis dans les tribunaux de l'Ontario. Les interprètes qui souhaitent être agréés dans les autres langues subissent l'épreuve dans le cadre de l'épreuve d'interprétation judiciaire en anglais.

  16. Retour au haut de la page
  17. Quelles sont les 24 langues?

    Les 24 langues d'épreuve sont :

    • Albanais
    • Arabe
    • Bengali
    • Cambodien / Khmer
    • Cantonais
    • Espagnol
    • Farsi/persan
    • Filipino / Tagalog
    • Français
    • Grec
    • Hongrois
    • Italien
    • Coréen
    • Mandarin
    • Polonais
    • Portugais
    • Punjabi
    • Russe
    • Serbe
    • Somali
    • Tamil
    • Turc
    • Urdu
    • Vietnamien
  18. Retour au haut de la page
  19. Qui supervise les épreuves?

    Les épreuves sont administrées par une équipe de surveillants qui sont formés spécialement pour faire passer les épreuves du ministère.

  20. Retour au haut de la page
  21. Où les épreuves ont-elles lieu?

    Les épreuves ont eu lieu dans des tribunaux à travers la province.

  22. Retour au haut de la page
  23. Quelle aide le ministère offre-t-il aux interprètes avant les épreuves?

    Deux guides de préparation aux épreuves sont disponibles pour aider les interprètes à se préparer aux épreuves, un pour l'épreuve d'interprétation judiciaire en anglais et l'autre pour l'épreuve d'interprétation judiciaire bilingue.

    Les guides comprennent les sections suivantes :

    • Une description du matériel nécessaire pour s'exercer;
    • Un glossaire des termes utilisés dans le guide;
    • Un aperçu de l'épreuve;
    • Une explication des différents exercices à faire pour se préparer aux épreuves;
    • Des descriptions étape par étape des exercices à suivre pour chaque tâche;
    • Une explication du système de notation;
    • Des conseils sur l'épreuve;
    • Une sélection d'exercices pratiques.

    Un DVD et un guide qui décrivent comment se déroulent les épreuves sont fournis aux personnes qui subissent l'épreuve d'interprétation judiciaire pour les tribunaux des Premières nations. Des exercices pratiques sont offerts sur le DVD et sur papier.

    En outre, le ministère offre un cours de préparation aux épreuves gratuit. Ce cours se fonde sur le matériel de préparation affiché en ligne et fournit des renseignements sur l'utilisation des ressources offertes en ligne. Les cours prévoient un module pratique pour compléter la préparation individuelle aux épreuves.

  24. Retour au haut de la page

Résultats des épreuves

  1. Que se passe-t-il si un interprète ne réussit pas l'épreuve?

    Si un interprète ne réussit pas à l'épreuve, il ne sera pas ajouté au Registre des interprètes judiciaires indépendants agréés du ministère comme interprète agréé.

    Les interprètes non agréés reçoivent une liste de ressources qui les aident à perfectionner leurs aptitudes d'interprétation. Des renseignements sur la soumission d'une candidature aux fonctions d'interprète judiciaire indépendant figurent à la Foire aux questions sur le site Web.

  2. Retour au haut de la page
  3. Un interprète peut-il faire appel de sa notation?

    Les résultats globaux aux épreuves indiquent que le taux de réussite correspond aux taux de réussite dans d'autres épreuves d'interprétation judiciaire comparables ou même les dépasse légèrement.

    En cas d'irrégularité, d'erreur ou d'erreur procédurale dans l'administration de l'épreuve qui se répercute sur le résultat, l'interprète peut faire appel de sa notation. Un interprète ne peut pas faire appel pour la simple raison qu'il n'a pas été agréé.

  4. Retour au haut de la page
  5. En quoi consiste le processus d'appel?

    Pour faire appel, l'interprète doit remettre un avis écrit dans les 60 jours de la réception de la lettre contenant les résultats de l'épreuve. Son avis doit être adressé au :

    Chef de l'Unité des services d'interprétation judiciaire
    720, rue Bay, 2e étage 
    Toronto (Ontario)  M7A 2S9

    La lettre d'avis devrait contenir autant de renseignements que possible et au moins les informations suivantes :

    • Nom
    • Adresse
    • Numéro de téléphone
    • Date et heure de l'épreuve
    • Langue
    • Motif de l'appel 

    La lettre doit être signée et datée.

    Après une enquête sur l'appel, une réponse sera envoyée à l'interprète. La lettre peut autoriser l'interprète à se représenter à l'épreuve, exiger que l'épreuve soit notée à nouveau ou confirmer la décision originale.

    Si un interprète est autorisé à se représenter à l'épreuve, celui-ci aura lieu le plus rapidement possible et une version différente de l'épreuve sera utilisée. Si l'appel est rejeté, les résultats originaux seront valables.

  6. Retour au haut de la page