INDEMNISATION DE MARLENE TRUSCOTT

Je manquerais à tous mes devoirs si je ne parlais pas de Marlene Truscott et de tout ce qu'elle a fait pour M. Truscott. Elle est la première personne avec qui M. Truscott a pu nouer une relation et établir le genre de lien émotionnel qui lui avait fait défaut pendant les 10 années passées en détention. Elle l'a aidé par de petits et grands gestes à tenir bon, et à bâtir une vie féconde.

Ses dernières années, depuis 1997, Mme Truscott s'est battue sans relâche pour faire innocenter son mari, examinant un nombre incalculable de boîtes de documents, cherchant des éléments de preuve susceptibles de l'aider à obtenir un acquittement. La quantité de travail qu'elle a accompli pour faire valoir les droits de son mari est impressionnante. Elle a passé un temps considérable à passer en revue et organiser les éléments de preuve disponibles. Si elle n'avait pas fait ce travail, il aurait fallu payer quelqu'un - un stagiaire en droit ou un parajuriste - pour le faire. En outre, le temps que Mme Truscott a consacré à cette tâche l'a empêchée de retourner travailler, ce qu'elle aurait fait sans cela. Elle a donc subi une perte de revenus de ce fait.

Dans ces circonstances, je pense qu'un paiement à titre gracieux devrait être versé à Mme Truscott pour l'indemniser de la perte de revenus qu'elle a subie au fil des ans pour se consacrer à la défense des droits de son mari. À mon avis, 100 000 $ serait un montant d'indemnisation équitable pour Mme Truscott.